dimanche 10 juillet 2016

Dossier X1509 : Opération Barguzin - Partie 1


Cette Web série est une fiction.

Toute ressemblance avec des personnes 
ou des situations réelles ou ayant existé 
ne serait que pure coïncidence



Prochainement 
Episode 11: Opération Barguzin

Partie 1 : Jeu d’échec

DPSD, Dimanche, 14h06



Général DUPONT MARTIN : « Bonjour Alexandre… »

Alexandre AVEN : « Mes Respect, Mon Général ! »



Général DUPONT MARTIN : « Comme il est écrit dans votre dossier, vous parlez russe… J’ai besoin de vous pour une mission en Ukraine… Suivez moi en salle de conférence !»



Ce qui suit est tiré de revues professionnelles
comme DSI (Lien en cliquant ici
ou Diplomatie (Lien en cliquant ici)
ou d'information comme "Courrier International"
Général DUPONT MARTIN : « Les raisons du retrait des troupes russes de Syrie en début d’année 2016 nous a montré que Poutine est un grand joueur d’échec… Les raisons sont multiples : C’est un gage de bonne volonté à l’intention des occidentaux dans les négociations inter-syriennes d’un cessez le feu, suite aux critiques américaines et européennes sur les bombardements russes… »



Général DUPONT MARTIN : « Mais aussi un gouffre financier évité en pleine récession : la guerre aurait couté 2,5 millions de dollars par jour… Ils sont restés 4 mois avec plus de 9.000 raids aériens. Le vieux stock de bombes russes, qui étaient pratiquement en date limite d’utilisation, est plus ou moins épuisé et  les nouvelles frappes auraient couté plus chères en commandant la création de nouvelles bombes aux industrielles. »



Général DUPONT MARTIN : « Sans parler d’un outil de propagande vis-à-vis de la population russe : Pour Moscou c’est un « succès » et c’est l’occasion d’exalter le sentiment patriotique russe. N’oublions pas que c’est la première sortie de la Russie dans un conflit extérieur depuis la guerre d’Afghanistan (1979-1989). »



Attentat dans le théâtre Doubrovka de Moscou en 2002
Général DUPONT MARTIN : « Enfin éviter des représailles de Daesh en Russie : les frappes russes au sol ont plus concerné les opposants à Bachar El Assad que DAESH. Une présence prolongée aurait risqué des représailles de Daesh sous forme d’attaques terroristes en Russie, où les attaques de séparatistes tchétchènes à la fin des années 90 et au début des années 2000, restent très présentes dans l’esprit des Russes… »



Général DUPONT MARTIN : « Quoique l’attentat sur l’avion de la compagnie russe Metrojet, dans le Sinaï le 31 octobre 2015, et revendiqué par Daesh, a entrainé des attaques sur eux… »



Général DUPONT MARTIN : « Les frappes russes ont détruit plus de 1.600 camions citernes qui alimentaient la Turquie avec le carburant que vendait DAESH !!! »



Général DUPONT MARTIN : « Mais surtout, toutes ces actions en Syrie ont détourné l’attention de son action en Ukraine, avec l’annexion de la Crimée en 2014, et l’installation de Républiques autonomes dans l’est de l’Ukraine. »



Général DUPONT MARTIN : « En effet, l'envoi de militaires habillés tout en vert, sans identification correcte ou insigne sur leurs tenues ne permettait pas de savoir si l'Ukraine était victime d'une agression...»



Général DUPONT MARTIN : « Les véhicules militaires sans plaque d'immatriculation pour ne pas deviner de quel pays ils étaient a intrigué tous les observateurs et a permis à la Russie de manoeuvrer en se servant d'une interprétation du droit international... »



Général DUPONT MARTIN : « Les avoir vu bloquer les casernes ukrainiennes en Crimée, en empêchant de faire sortir les militaires ukrainiens, au risque de s'affronter avec ces inconnus, a fait entrer ce nouveau genre d'actions dans une guerre hybride... »



Général DUPONT MARTIN : « Par la suite, nous savons que ces petits hommes verts et véhicules militaires étaient ceux de la 810ème brigade d'infanterie de la flotte russe de la Mer Noire basée à Sébastopol en pleine Crimée et regroupant plus de 12.000 soldats russes.... »



Général DUPONT MARTIN : « L'état Ukrainien s'est retrouvé à faire des combats asymétriques contre des indépendantistes de l'Est de l'Ukraine dans le Donbass, aidés par des moyens et des conseillers russes militaires... »



Général DUPONT MARTIN : « De plus, les forces ukrainiennes ont été bloqués dès le début par des habitants ukrainiens, ce qui désorientaient les militaires ukrainiens... Passer en force au risque de blessés, voire tuer, des ukrainiens ou battre en retraite .... »




Général DUPONT MARTIN : « Malgré les sanctions financières européennes, suite à cette politique russe de dominance sur un ancien pays vassal, la guerre dans cette partie de l’Ukraine, malgré des accords de Minsk 2 en 2015, continue avec plus de 9.000 morts depuis le printemps 2014 selon l’ONU…. »



Général DUPONT MARTIN : « Des exercices militaires de 14 pays ont commencé le 27 juin 2016, dans l’ouest de l’Ukraine, sous le nom de « Rapid Trident » avec environ 1.800 soldats et 200 engins militaires. Ces exercices gérés par l'OTAN sont menés depuis 1995, mais celui de 2016 est le plus grand tenue en Ukraine à ce jour…»



Général DUPONT MARTIN : « Ces manœuvres, qui se font depuis plusieurs années, ont pour but de montrer l’interopérabilité entre l’Ukraine, les USA, l’OTAN et les nations membres du Partenariat pour la paix d’après le communiqué de l’armée américaine… Elle comporte l’Ukraine, les USA, la Belgique, la Bulgarie, le Canada, la Géorgie, la Grande Bretagne, la Moldavie, la Lituanie, la Norvège, la Pologne, la Roumanie, la Suède et la Turquie.»



Général DUPONT MARTIN : « Poutine continue d’avoir une politique de remilitarisation de la Russie avec du matériel récent… »



Retour à la fiction
Général DUPONT MARTIN : « Vous allez vous rendre justement dans l’est de l’Ukraine, pour du renseignement sur le terrain suite à  des informations relayées par un de nos informateurs… Des mouvements importants de militaires russes ont été vus dans des endroits ferroviaires de Donesk.»



Général DUPONT MARTIN : « En effet, nous pensons que les Russes veulent nous montrer une nouvelle fois une démonstration de leur pouvoir militaire face à l’OTAN… Cet hélicoptère va vous emmener tout de suite pour prendre un avion direction Moscou où vous prendrez le train pour aller dans la république autonome de Donestk. Le reste des instructions est dans votre valise qui est dans l’hélico que vous détruirez après lecture bien entendu… Bonne chance Alexandre ! »



Alexandre AVEN : « Et bien direction l’aéroport Charles de Gaulle… »





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire