vendredi 11 décembre 2015

Dossier X 1512a: Zakouski - Partie 1




Cette Web série est une fiction.

Toute ressemblance avec des personnes 
ou des situations réelles ou ayant existé 
ne serait que pure coïncidence





Episode 8 :  Zakouski 
(hors d’œuvre russes)

Partie 1 : Missions

DPSD, lundi 24 novembre 2015, 09h35



Général DUPONT-MARTIN : « Alexandre, je vais vous charger d’une mission OPEX (Opération Extérieurs) classé Très Secret Défense…. »

Alexandre AVEN : « Je vous écoute… »



Général DUPONT-MARTIN : « Suite aux attentats de Paris du Vendredi 13 novembre, l’Etat français a décidé d’agir contre DAESH et de rentrer en guerre totale contre eux… Nous n’avons rien vu venir avec cette action qui est venue de Belgique !!! »

Alexandre AVEN : « Mais nous avons pourtant des services français contre les terroristes qui sont efficaces…. Aurions-nous pris du retard ? »



Général DUPONT-MARTIN : « Oui et non. Nous n'avons pas pris du retard, ce sont eux qui ont pris de l’avance… Nous sommes face à des actions sans précédent. Tout ce que nous projetons pour nous protéger est construit sur des dispositifs de sécurité où nous avons rencontré des menaces précises… Voici le commandant de réserve Jean Eudes DELANGES, spécialiste des questions d’anti-terrorisme »



Jean Eudes DELANGES: « Nous avons intégré cette radicalité dans leurs actions de kamikazes du 13 novembre 2015 et ces opérations d’attaques multiples comme on peut le voir sur cette carte… Il faut maintenant que nous  frappions la tête de ce groupe pour les désorganiser. Nous devons reprendre l’initiative… En effet, ils l’ont prise depuis trop longtemps, et décident du calendrier, qui impose leurs thèmes. »



Jean Eudes DELANGES: « Comme l’exemple des migrants syriens et irakiens : DAESH nous avait dit dès janvier  2015 qu’il nous enverrait ces réfugiés !!! »




Général DUPONT-MARTIN : « Nous sommes plus forts qu’eux, et nous ne pouvons pas les laisser continuer à prendre ces initiatives !!! Vous allez rejoindre notre nouvel allié du moment, la Russie. Vous prendrez contact avec des officiers à Lattaquié en Syrie, la base militaire navale russe en Méditerranée… »

Alexandre AVEN : « Travailler avec les russes ? Mais je croyais que nous leur faisions un embargo et des restrictions suite à leurs actions en Ukraine ??? »



Jean Eudes DELANGES: « En effet, l’annexion de la Crimée avec l'envoi de soldats russes au début des opérations … »



Jean Eudes DELANGES: « La prise du Port de Sébastopol… »



Jean Eudes DELANGES: « et de leurs actions sur l’est de l’Ukraine a entrainé la non livraison des 2 navires MISTRAL commandés par la Russie à la France, ainsi qu’un embargo financier… Mais les lignes bougent chaque jour »



Jean Eudes DELANGES: « L’attentat de l’avion Russe au dessus du Sinaï, le 31 octobre 2015, les a fait entrer dans une logique, avec la France, d’élimination de leurs ennemis comme cela l’avait été en 1943 quand les nazis ont attaqué l’URSS : les ennemis de mes ennemis sont mes alliés… »



Jean Eudes DELANGES: « Vous rencontrerez le lieutenant Colonel Grichka MOROZOV du GRU Russe, la Direction Générale des Renseignements de l’Armée Russe… »

Alexandre AVEN : « Oui, je le connais. Nous avons déjà collaboré ensemble dans les années 2000… »



Général DUPONT-MARTIN : « Ils ont découvert une unité punitive de DAESH dirigée par des français… Ils ont même créé leur propre blason. Sur cette photo, on aperçoit leur chef : Ali Moubalar, un ancien petit caïd de Toulouse, reconverti en seigneur de la guerre pour Daesh…»



Général DUPONT-MARTIN : « Les russes comptent intervenir pour les éliminer…Vous partez dès aujourd’hui !!! »



Le même jour, 18h42, Port Militaire Russe de Lattaquié, SYRIE



Alexandre AVEN : « Capitaine Alexandre AVEN de l’armée française…. »

Soldat : « Un officier arrive !!! »



Lieutenant Colonel Grichka MOROZOV : «  Bienvenue en Syrie capitaine AVEN…. »

Alexandre AVEN : « Merci Colonel MOROZOV...»



Lieutenant Colonel Grichka MOROZOV : « Vous êtes sur notre base centrale de Lattaquié. »



Alexandre AVEN : « Vous avez amené des KA 52 Alligator !!! »

Lieutenant Colonel Grichka MOROZOV : « Oui, ces engins sont d’une grande efficacité ici… »



Lieutenant Colonel Grichka MOROZOV : « Nous faisons décoller nos hélicoptères pour des missions spéciales dans le nord de la Syrie. »



Lieutenant Colonel Grichka MOROZOV : «  Nous sommes ici sur notre base navale syrienne. »



Lieutenant Colonel Grichka MOROZOV : «  Vous allez intégrer demain une de nos équipes qui va tendre une embuscade grâce à nos services de renseignements extérieurs. Ils dépendent du SRU, le Service russe des Renseignements Extérieurs»



Lieutenant Colonel Grichka MOROZOV : «  Nous avons eu une information, grâce à un ancien militaire des services spéciaux syriens que nous avions formés dans les années 90 et qui est devenu chef d’un village du nord, que des français travaillant pour Daesh s’occupent d’opérations punitives quand les villageois refusent de payer la taxe islamique. Cela vous permettra de voir notre méthodologie d’enquête … Je vous laisse avec cet officier qui va vous montrer votre chambre.»



Le lendemain matin, 06h32



Lieutenant Colonel Grichka MOROZOV : « Bien dormi Monsieur AVEN ? »

Alexandre AVEN : « Oui, merci … »



Lieutenant Colonel Grichka MOROZOV : « Voici le capitaine Berionovitch qui dirige cette opération que vous ne quitterez pas… »



Capitaine Berionovitch : «  Heureux de vous rencontrer capitaine… »



Capitaine Berionovitch : «  Nous allons nous rendre en hélicoptère Mi 24 dans le nord de la Syrie sur notre objectif escorté par un KA 50. Je vous en dirais plus dans l’hélico… »



Alexandre AVEN : « Par le plus grand des hasards, vous dépendez du SVR, les services de Renseignements Extérieurs de la Russie ??? »

Capitaine Berionovitch : «  En effet. Pourquoi cette question ? »



Alexandre AVEN : « Je crois me souvenir que votre service utilise un détachement d’hommes appelé « ZASLON » et qui mène des opérations en dehors du territoire russe… »

Capitaine Berionovitch : «  Je ne peux pas vous en dire plus capitaine AVEN. Nous sommes des Spetsnaz avant tout… Embarquons !!! »



Pilote du Mi 24 : « Temps du trajet, 1 heure trente minutes »



Capitaine Berionovitch : «  C’est parti… »






1 commentaire: